• Régis Alonso

X-Men — Dark Phoenix


Mortel combat !


Vu le triomphe incontestable de la prélogie des X-Men, laquelle comprend X-Men : First Class (2011), X-Men : Days Of Future Past (2014) et X-Men : Apocalypse (2016), la Twentieth Century Fox se devait de donner un dénouement digne de ce nom au second chapitre de l’une des sagas cinématographiques les plus appréciées de l’univers des superhéros. Et, c’est désormais chose faite avec X-Men — Dark Phoenix qui a marqué la saison cinématographique estivale 2019. Trois ans après le dernier passage du côté de nos salles obscures de nos mutants préférés, le réalisateur britannique Simon Kinberg signe un final en apothéose !

Créée dans les années soixante dans la tourmente des conflits raciaux qui bouleversaient les États-Unis, la mythologie des X-Men véhicule son lot de préoccupations civiques. Parmi celles-ci, nous noterons la discrimination envers les minorités et la tolérance pour l’anticonformisme. Thèmes allègrement repris dans la saga cinématographique X-Men alors que les humains font montre d’intolérance envers un groupe peu connu, les mutants. Pour s’en sortir, deux castes de militants génétiquement modifiés choisissent des moyens différents pour préserver la paix sociale : l’acceptation de la différence et la tolérance pour l’une, les X-Men sous l’autorité du Professeur Charles Francis Xavier (James McAvoy), et l’assimilation et l’uniformisation pour l’autre, Magneto (Michael Fassbender) et ses sbires. Une divergence d’opinions qui conduit inévitablement les deux clans à se livrer une guerre sans merci.

Et dans X-Men — Dark Phoenix, nos héros doivent affronter leur plus grand ennemi, Jean Grey (Sophie Turner), l’une des leurs. Durant une mission de sauvetage dans l’espace qui a bien failli lui coûter la vie, celle-ci est frappée de plein fouet par une force cosmique mystérieuse qui ne va pas tarder à la ronger de l’intérieur. Pire encore, cette entité va non seulement décupler ses pouvoirs, mais aussi altérer son libre arbitre, allant même jusqu’à la rendre incontrôlable…

Toutes les fois qu’on nous annonce une suite, on redoute, et souvent à juste titre, qu’il ne s’agisse que d’un navet fait à la hâte pour mieux faire exploser le tiroir-caisse de ses producteurs galvanisés par l’appât du gain. Mais rassurez-vous, ce n’est pas du tout le cas avec X-Men — Dark Phoenix qui fait incontestablement honneur à ses prédécesseurs, tout en balayant d’un coup de griffe tout ce à quoi nous nous attendions. Dès les premières minutes, le ton nous apparaît comme indubitablement plus rythmé, l’ambiance plus sombre, la narration plus dynamique et la psychologie des personnages nettement plus approfondie. Et que dire de plus sur les écarts de conduites de certaines et autres dommages collatéraux, si ce n’est qu’ils font une fois de plus honneur au mythe ! Et comme le disait si bien Victor Hugo : « On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu’on aime… ».


Références


Distributeur : Fox

Origine : USA

Date de sortie : 16 octobre 2019

Réalisateur : Simon Kinberg

Distribution : Sophie Turner, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Nicholas Hoult, Tye Sheridan, Alexandra Shipp, Jessica Chastain, Evan Peters,

Genre : aventure & science-fiction

Durée : 1 heure & 54 minutes

Les points forts des coffrets DVD, Blu-ray & 4K :

– Commentaires audio des producteurs Simon Kinberg et Hutch Parker.

- « L’essor du Phoenix : la création de Dark Phoenix ».

— Un documentaire en 5 parties.

— Scènes coupées avec les commentaires audio optionnels de Simon Kinberg et Hutch Parker.

— Comment aller dans l’espace avec un avion, avec Fauve ?




#XMen #Xmendarkphoenix #Fox #Twentiethcenturyfox #comics #marvel #marvelcomics #RegisAlonsoConsulting 

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout